Mes hommages à la duchesse

العرائش نيوز:

Mes hommages à la duchesse

Par: Mohamed Naji Serroukh

Le 9 août 1830 marque le commencement de la Monarchie de Juillet. La branche d’Orléans, fondée par Philippe d’Orléans – frère cadet de Louis XIV, a enfin l’occasion de régner. « Louis-Philippe Ier », poussé par les orléonistes, accède à la couronne avec le titre de « roi des Français » pour la restauration d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise. Redoutant de subir le même sort que le dernier roi de l’Ancien Régime, il abdique en 1848 et part en exil pour l’Angleterre en compagnie de sa famille où il meurt deux ans plus tard.

Le royalisme français voit depuis un conflit entre orléanistes partisans de la maison capétienne d’Orléans et légitimistes partisans de la maison de Bourbon dont les membres seraient les prétendants légitimes au trône de France.

 

En 1910, le duc et la duchesse de Guise viennent s’installer à Larache. Tous deux arrière-petits-enfants de Louis-Philippe Ier et cousins germains. Ce n’est qu’en 1926 que Jean d’Orléans et Isabelle d’Orléans sont proclamés, de droit, par les orléanistes – majoritaires parmi les rangs des monarchistes français de l’époque – roi et reine de France.

 

Monsieur le duc décède en 1940 dans sa demeure Larachoise de même que son épouse Madame la duchesse qui s’éteint le 21 janvier 1961, soit vingt-et-un ans après la mort de son mari.

 

Dans les milieux larachois, le mythe de la duchesse n’a rien perdu de sa grâce. Elle continue d’inspirer admiration et respect jusqu’à tel point qu’elle est devenue la patronne des lieux, une figure indissociable de l’histoire locale. On évoque encore les billets qu’elle glissait discrètement sous les oreillers des petites gens à qui elle rendait régulièrement visite, la Topolino avec chauffeur qui se garait tous les dimanches matin devant l’église Nuestra Seniora del Pilar, la grandeur de sa taille et son élégance royale.

Nombre d’endroits gardent un rapport étroit avec sa personne, notamment la « Casa del Niño », une institution caritative dédiée aux enfants pauvres qu’elle a elle-même fondée, la « Playa Duchessa », une plage sauvage qui fut réservée à la duchesse, et évidemment, le fameux « Palais de la duchesse de Guise » qui s’étend sur près de 20.000 m² en plein centre-ville. Ce dernier fait désormais partie de la mémoire collective, chacun y rattache un souvenir ou un sentiment – souvent d’émerveillement ou de mystère devant cet édifice intrigant, les générations se sont succédé au fur et à mesure que l’ « Hôtel Duchessa » perd de sa splendeur à force de détournements abjects aux dépens du patrimoine collectif.

Actuellement, des résidences prônent fièrement sur le Grand Parc de l’ancien palais détruit au profit du béton. C’est la sordide triple alliance d’un maire immoral, d’un propriétaire indécent et d’un promoteur belge (l’adjectif s’est imposé de lui-même !).

Et pour couronner le tout, on donne son nom à la duchesse au café haut-de-gamme tout en baies vitrées qui fait partie du « luxueux » complexe commercial, est-ce là une malheureuse tentative de se racheter pour tant de dommages, un pitoyable hommage ou une énième insulte à la mémoire de la duchesse ?

 

 

 


شاهد أيضا
تعليقات

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.